x

Stockage des déchets

Les Installations de Stockage des Déchets non Dangereux (ISDND) sont des installations destinées à assurer un traitement des déchets par enfouissement. Elles sont généralement exploitées par casiers, éventuellement subdivisé lui-même en alvéoles. Ces casiers sont rendus étanches par l'utilisation de différentes bâches de protection (géomembranes, géotextiles, procédés utilisant la bentonite...). Afin de minimiser les impacts, la zone d'exploitation doit être utilisée sur une période courte définie par l'autorisation d'exploiter délivrée par les services de l'Etat.

L'ensemble des effluents qui entrent en contact avec les déchets stockés sera traité avant un rejet vers le milieur naturel.

Contrôle des entrants :

Tout apport de déchets sur une ISDND fait l’objet d’une information préalable d’acceptation, identifiant le producteur, l’origine, la nature et la quantité des déchets. A leur arrivée sur le site, les véhicules sont contrôlés et pesés. Une détection automatique de la radioactivité permet d’identifier toute anomalie dans le chargement. Une fois la conformité validée, les camions sont dirigés vers l’alvéole en cours d’exploitation.

Les traitements des lixiviats :

Dans toutes ces installations, la collecte et le traitement des lixiviats (appelés vulgairement jus de poubelle) sont obligatoires.

Plusieurs types de traitements sont employés, souvent combinés entre eux, en fonction de la quantité et de la composition des lixiviats :

  • traitements biologiques : boues activées, lagunage, bioréacteur à membranes, lits bactériens, etc. ;
  • traitements chimiques : oxydation avec ozone, peroxyde d’hydrogène, UV, etc. ;
  • traitements membranaires : osmose inverse, ultrafiltration, nano-filtration ;
  • traitements par concentration : évaporation, évaporation forcée, évapo-incinération.

Le choix du traitement est fonction des contraintes de gestion des lixiviats. Ainsi, la situation géographique, la vulnérabilité et la fonctionnalité du milieu récepteur, la place disponible sur le site, sont autant d’exemples de contraintes liées à la mise en œuvre d’une installation de traitement.
 
Le traitement et la valorisation du biogaz
Le stockage des ordures ménagères entraîne la création dun gaz appelé Biogaz. Il s'agit d'un gaz saturé en eau essentiellement composé de méthane (CH4), et de gaz carbonique (CO2). Le biogaz produit doit être collecté (par puits verticaux, drains horizontaux ou mixtes) puis valorisé ou, à défaut, détruit par voie thermique en torchère.
 
Combustion par torchère : brûlage du biogaz
La combustion du méthane en torchère permet de limiter l’impact du biogaz sur l’effet de serre et de limiter les nuisances olfactives aux alentours du site de traitement.

Retrouvez tous les détails de la construction d'un casier de stockage des ordures ménagères

//